The Valley of Astonishment

>13200.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche théâtrale de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne
29 avril – 31 mai 2014 : Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
20 june – 12 july 2014 : Young Vic, London


« Le théâtre est là pour nous étonner et il doit réunir deux éléments opposés – le familier et l’extraordinaire. Dans L’Homme Qui, notre première aventure à l’intérieur des cerveaux de malades neurologiques – qui dans le passé étaient souvent relégués au rang de fous – nous avons trouvé en face de nous des êtres humains comme nous dont le comportement, à cause de la maladie, devenait imprévisible. C’était souvent pénible, parfois très comique et toujours émouvant – ils étaient nous, nous étions eux. Aujourd’hui nous voulons explorer à nouveau le cerveau, mais cette fois le spectateur va se trouver confronté à des individus chez qui la musique, la couleur, le goût, les images, la mémoire leur font vivre des expériences d’une telle intensité qu’ils passent d’un moment à l’autre du paradis à l’enfer. Dans le grand poème persan de Farid Al-Din Attar La Conférence des Oiseaux, trente oiseaux doivent terminer leur recherche en parcourant sept vallées toutes plus difficiles les unes que les autres à traverser. Cette fois, en entrant dans les monts et vallées du cerveau humain, nous nous trouvons dans la sixième vallée, celle de l’étonnement. Nos pieds avancent solidement sur terre mais à chaque pas nous pénétrons dans l’inconnu. » Peter Brook

« Theatre exists in order to astonish us and must combine two opposite elements – the familiar and the extraordinary. In The Man Who, our first venture into the brains of neurological patients – who in the past were often relegated to ranks of madmen – we were confronted with human beings like ourselves whose behaviour, due to illness, had become unpredictable. It was often sad, sometimes very funny and always moving – they were we, we were they. Today again we wish to explore the brain, but this time the members of the audience will be confronted with individuals in whom music, colour, taste, images, memories… trigger off experiences of such force that they pass from one moment to another from paradise to hell. In the great Persian poem by Farid Al-Din AttarConference of the Birds, thirty birds must complete their search by travelling through seven valleys, each harder to cross than the previous.  This time, by entering into mountains and valleys of the human brain, we find ourselves in the sixth valley, that of astonishment. Our feet tread steadily on the ground, but with each step we penetrate into the unknown. » Peter Brook

—-

Avant-Première : 29 avril 2014

Avec   : Kathryn Hunter, Marcello Magni, Jared McNeill, William Nadylam  et un musicien  (Distribution à confirmer)
Lumières Philippe Vialatte

Production : C.I.C.T. / Théâtre des Bouffes du Nord
Coproduction : Theater for a New Audience, New York, Les Théâtres de la ville du Luxembourg  Coproducteurs associés : Théâtre d’Arras, scène conventionnée Musique et Théâtre ; Warwick Arts Center ; Attiki Cultural Society, Athènes ; C.I.R.T. ; Young Vic Theatre, Londres

© photo : Pascal Victor

 

Tags :

One thought on “The Valley of Astonishment”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *