La « Flûte », c’est l’enfance de l’œuvre

>9898.

© Le Monde – 13 décembre 2014
Peter Brook l’a portée toute sa vie, cette Flûte enchantée de Mozart, dont il s’est fait le jeune oiseleur de 85 ans, en 2010, dans son Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, attrapant dans un décor de bambous et une poignée de morceaux d’étoffes la magie des vieux contes et des jeunes voix qui les disent. Depuis, le spectacle, consacré aux Molières 2011 dans la catégorie théâtre musical, a fait le tour du monde, de New York au Japon en passant par l’Amérique du Sud, l’Australie et l’Europe. Cette Flûte magique nous revient sans avoir rien perdu de sa grâce légère. Une dramaturgie resserrée, des jeunes chanteurs-comédiens talentueux et une inventive transcription musicale pour piano seul (due au compositeur et pianiste Franck Krawczyk) : retrouvés l’enfance du conte dans cette Flûte des origines, l’enfance d’une musique d’avant l’opéra, sur lequel le temps n’a pas de prise.
Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, place Georges-Pompidou 78054 Montigny-le-Bretonneux. Du 17 au 21 décembre à 20 h 30. Tél. : 01-30-96-99-00. De 6 à 28 euros.

Tags :

0 thoughts on “La « Flûte », c’est l’enfance de l’œuvre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *