Theatre is a living experience — we have a responsibility to not let the flame go out


(DDP/AFP via Getty Images)

© www.standard.co.uk – GO LONDON by NICK CURTIS

The 65th Evening Standard Theatre Awards celebrated a vintage year on the London stage, with a peerless crop of winners including Dame Maggie Smith, Andrew Scott and Anne-Marie Duff. But the most sustained ovation on Sunday night came when Peter Brook, now 94 and unquestionably Britain’s greatest living director, was named the recipient of the Lebedev Award for his service to the art form he continues to reshape. Read more

‘The only place I can’t get my plays on is Britain’: Peter Brook interviewed

© The Spectator – 2 novembre 2019

Stuart Jeffries talks to the loquacious 94-year-old director about the parlous state of British theatre, Brexit and how he wishes more politicians were like Putin

 ‘Everyone of us knows we deserve to be punished,’ says the frail old man before me in a hotel café. ‘You and I for instance. What have we done this morning that is good? What have we done to resist the ruination of our planet? Nothing. It is terrifying!’

Peter Brook fixes me with blue eyes which, while diminished by macular degeneration that means he can make me out only dimly, shine fiercely. But for the genteel surroundings and quilted gilet, he could be Gloucester or Lear on the heath, wildly ardent with insight.

‘Think of Prospero. He’s a bad character, hell-bent on revenge for his brother’s wrong, a colonialist who dominates Caliban and the rest of the island. Only when he sees love growing between Miranda and Ferdinand does he learn humility and tolerance. He knows he deserves to be punished. And if we are honest — you and I, everybody — then we can say with Prospero “Me too”. But we are not that honest.’

I’d asked the 94-year-old theatre director to explain to me, as we sit knee to knee in South Kensington, the puzzling final words of Shakespeare’s last play, The Tempest. Prospero, his books drowned, his charms o’erthrown, addresses the audience:

And my ending is despair,
Unless I be relieved by prayer,
Which pierces so that it assaults
Mercy itself and frees all faults.
As you from crimes would pardon’d be,
Let your indulgence set me free.

Brook seemed worth asking, since The Tempesthowls through his life. It is 62 years since he directed John Gielgud as Prospero clad not in magician’s robes but half-naked, a hermit in hemp on a bare stage — Brook startling Stratford with his lifelong love of less. In 1990, at the Théâtre des Bouffes du Nord, his Parisian base since the 1970s, the walls flayed raw by time and the stage scattered with a carpet of sand, he conjured up theatrical magic again, stripping theatre bare to get to the play’s essence. And in his book on Shakespeare The Quality of Mercy, he reflects on the soliloquy.

What is Prospero on about, I ask Brook? ‘Oh, don’t put me on the spot!’ he wails. ‘I can’t tell you the meaning, all I can do is invite you to share the sense of wonder beyond words that those words open up. That is what theatre does.’

Yes, yes, but why should prayer assault mercy? Brook pauses for thought, then launches, as he does often in the next hour, into an unstoppable soliloquy of his own. ‘Mercy has become one of the hollow words politicians use to murder language. Shakespeare saw that. And there is no word more abused than the one with which he ends the play — free. Freedom is constantly invoked by politicians. Freedom from the European Union, from immigrants. Prospero’s prayer is a true prayer beyond such corrupted words.’

He places his hand lightly on mine. ‘You’re too young to remember how the Spanish Civil War enthused my generation.’ I concede the point. ‘Well, Louis MacNeice wrote of that war: “Freedom is more than a word, more than the base coinage of statesmen…” Once more, we are living in a basely coined political world.’

The words actually come from Cecil Day-Lewis’s poem ‘The Nabara’. No matter. Brook renews that theme of the debasement of language in his new book Playing By Ear: Reflections on Music and Sound, comparing Brexit with Shakespeare. Listen, he urges, to the difference between the music of ‘Shall I compare thee to a summer’s day?’ to the sound of Brexit. The latter ‘has the sound of excrement. It is sick-making’. Brook giggles when I quotes these words back to him. ‘If only our politicians had attended to the sound of that word we might not be in this mess.’

How does Brexit look from your apartment near the Bois de Boulogne? ‘The greatest political error of our time is Brexit. People were asked yes or no without any knowledge of the consequences. Not just the economic ones, for which they would need a year of higher education to make an informed decision, but the human ones of alienating our neighbours. Today we are led by politicians who have no political sense, but only ambition.’

You mean Trump and Johnson? ‘Not only them. They are pathetic individuals compared with Kennedy and Putin. Kennedy was rare among politicians for having been raised from the age of four or five every night to witness great statesmen at the dinner table. When he became interested in making politics his career, he had 15 years of learning what it is to be a statesman. All our leaders today start only with ambition.’

Eulogy to JFK is not surprising, but I never expected Brook to praise Putin. ‘Don’t underestimate him. I saw Putin being interviewed by French journalists who thought they had got him with some tough questions. He knew his history of 3rd-century Crimea better than them though. You could see that by the way he sat back, arms spread out in perfect ease while their questions became ash in their mouths.’

I look sidelong at Brook. It is 70 years since he and Salvador Dali’s Covent Garden production of Strauss’s Salomewas booed off after six performances (the geometric headdresses and the green slime from John the Baptist’s head slavering over Salome affronted opera-goers of a more innocent age). Sixty-four years since he dared stage Shakespeare’s then taboo play Titus Andronicus with Laurence Olivier and Vivien Leigh, the latter as Lavinia, her tongue and hands cut off as the sinister musique concrète Brook created by stamping on a piano pedal throbbed through the auditorium. Forty-nine years since his last production as a British resident, the momentous, minimalist white-box staging in 1970 of A Midsummer Night’s Dream, with trapezes and spinning-plate flowers. Forty-five years since he directed a nine-hour production of Sanskrit epic The Mahabharatawith a cast of 21 actors from 16 different countries.

Let’s go back further. It is 82 years since his great artistic epiphany. Aged 12, little Peter sat at the piano to play Mozart’s Sonata facilefor his new teacher Vera Vinogradova. ‘I had already had boring lessons from impatient ladies,’ he recalls. But his new teacher was different. Across the decades, he remembers her advice: ‘As your fingers touch the note, listen to the sound your fingers have made and don’t allow any tensions in the shoulders, the arms, the fingers. You’ve done your job. Just let it flow.’ She also exhorted him to perform every piece he mastered for others. ‘The only reason for you to learn music is not for yourself. It is to share it with others.’

‘Everything I have done since grew from her lessons,’ says Brook now. ‘The sharing, the intensity, the insistence on flow, the departure from learning by rote. Even now I deplore actors and conductors who insist on rote performance.’

What would you have been if not an artist? ‘False question,’ he replies. Not really: I hardly expected him to join the family laxative business. His parents, Ida and Simon, were Jews from Latvia who settled in west London, where his father patented a popular medicine called Brooklax. Aged seven, their second son performed Hamletfor them, taking all the roles. At Oxford, he dreamed of becoming painter, composer, foreign correspondent and film-maker. He has excelled at the last, superbly adapting William Golding’s Lord of the Fliesin 1963 and in 1979 Gurdjieff’s Meetings with Remarkable Men. He also wrote travel articles for the Observerfor a while, satisfying something of his wanderlust to be beyond suburbia. ‘I always yearned to escape Chiswick,’ he tells me.

Brook is back in London to get his play Why?staged. Tough gig. ‘I’m 100 per cent British but the only place I can’t get it on is here,’ he complains. ‘It’s been all over the world — South America, the Middle East. It’s currently being well received in China. But here? I struggle.’

He is out of temper with this country’s theatre. ‘I realised that last year in Edinburgh.’ He had brought his production of The Prisonerto the festival, an austere piece co-written by Brook and longtime collaborator Marie-Hélène Estienne about a man who sits outside a prison wall in self-punishment after the murder of his father for having an incestuous relationship with his sister. ‘Theatre is an organic phenomenon through which the actors find the audience and vice versa. But there was no time allowed for that. I realised the festival just buys in plays from around the world, rather than nurturing them.’

In his still-influential 1968 statement of his theatrical credo, The Empty Space, Brook divided theatre into four types — deadly, holy, rough, immediate. By deadly he meant commercial theatre that delivers audience’s expectations night after unedifying night. ‘Edinburgh has, I think, become deadly.’ Each night, he thinks, should be a presentation of theatrical truth borne of actors’ near-mystical communion that, ideally, catalyses in audiences the wonder he detected in Prospero’s last speech.

To be fair, The Prisonerreceived poor reviews — one critic calling it a ‘philosophically provocative but dramatically inert drama’. This has long been the charge against Brook. Kenneth Tynan wrote in his diary: ‘How I wish Peter would stop tackling huge philosophical issues and return to the thing he can do better than any other English director — i.e. startling us with stage magic.’

Ever since, in the 1960s, Brook immersed himself in the writings of the Armenian mystic George Gurdjieff, who charged that we live in a hypnotic waking sleep, Brook has made theatre bent on awakening actors and audiences into higher states of consciousness.

Why?, for instance, meditates on the nature of theatre. In the first half, three performers ask God what theatre is for (spoiler alert: God doesn’t know). In the second, they explore the tragedy of Vsevolod Meyerhold, the great Soviet director who, like Brook, sought to create a new kind of theatre, but who fell from grace under Stalin. He was tortured and executed, his actress wife Zinaida stabbed 17 times and her eyes gouged out. How, the play asks, can true theatre survive in a world in which such gaudy theatres of cruelty exist? The New York Timescritic wrote enthusiastically: ‘Taking the play in is like sipping a rarefied eau de vie, the kind that scalds as it cools.’

Unlike Prospero, who expected that on his return to Milan ‘every third thought shall be my grave’, Brook will not retire. ‘I’m working harder than ever, writing, directing, travelling.’ All this despite the death four years ago of his wife Natasha, whom he met and fell in love with aged 16. In Playing by Ear, Brook recalls reading War and Peace aged nine and finding the music of the name Natasha touched him mystically. ‘I knew at once this was the companion destiny had prepared for me.’

One last soliloquy. On the Eurostar, Brook fell into chatting with an elderly lady. ‘She was full of life and energy. She made me feel young. I asked her how old she was and she said 98. ‘Ninety-eight!’ he chuckles. ‘Ninety-four is nothing.’ His assistant, Nina Soufy, helps Brook to his feet and he hobbles off to lunch.

Nick Hern Books has published Peter Brook’s new collection of essays Playing by Ear, the first ebook of his 1968 classic The Empty Space, and an audiobook of his 2013 title The Quality of Mercy, read by actor Michael Pennington.

Read more

Interview – France Inter

Ecouter l’émission – France Inter 8 juillet 2019

Depuis quelques jours votre pièce Why ? est jouée aux Bouffes du Nord. C’est une pièce étonnante : quand le spectacle commence les spectateurs ne savent pas ce qu’ils vont voir. Tout le monde se demande « pourquoi » est-ce qu’on est ici…
Read more

Tags :

« Le théâtre dans son plus simple appareil »

Par Anne Diatkine, © Libération 

A 94 ans, le dramaturge et metteur en scène britannique cosigne avec Marie-Hélène Estienne un sublime manifeste en faveur d’une forme théâtrale débarrassée de tout artifice et rend hommage au Russe Meyerhold.

Read more

Tags :

« Why ? », La Dispute, France Culture

A propos de « Why ? » (podcast)

Tags :

« Pourquoi fait-on du théâtre? »

L’Express – AFP, le  

Pourquoi fait-on du théâtre? Peter Brook explore la question dans sa dernière pièce « Why? », un hommage à Meyerhold, grande figure russe du théâtre et victime des purges staliniennes.

Read more

Tags :

« Why? », on tour

Tournée 2019 – Why? : septembre 2019 à décembre 2019
Sur le site des Bouffes du Nordbattlefield-5

Tags : ,

« WHY ? »

©pascalGELYUne actrice et un acteur, face à face, se demandent pourquoi ils ont donné toute leur énergie au théâtre. Leurs esprits, chaque cellule de leurs corps, sont remplis de mémoires et de questions. Ils charrient en eux des interrogations sans fin. Read more

Tags :

Peter Brook : sagace et fugace

Libération, 15 mars 18, par Anne Diatkine, photo Jérôme BonnetPeter Brook, le 10 mars aux Bouffes du Nord.
Le dramaturge et metteur en scène britannique défend ardemment le caractère éphémère de son art. Aux Bouffes du Nord, il monte «The Prisoner», fable énigmatique sur l’inceste et le pardon. Rencontre avec un orfèvre du vide.

Read more

Tags : ,

L’épopée Peter Brook, interview

France Inter. Interview de Laure Adler sur France Inter.  Peter Brook présente une nouvelle pièce. Comme pour le « Mahabharata », l’idée s’est faufilée. Il n’est pas allé à la recherche de quelque chose, c’est le souvenir d’un voyage en Afghanistan avant l’invasion soviétique, en 1979 qui l’a rattrapé.

Tags : ,

« Les murs parlent », « Beckett par Brook »

En novembre 2016, Peter Brook conviait amis, collaborateurs et spectateurs à se réunir dans le théâtre des Bouffes du Nord, à Paris. Pendant trois jours, confidences, anecdotes et souvenirs ont ressuscité quarante ans de théâtre…. reportage à revoir sur ARTE TV

Reportage sur « Fragments » et autour de Beckett…. reportage à revoir sur ARTE TV

 

Tags :

« Beckett by Brook »

Résultat de recherche d'images pour "fragments peter brook"

« Beckett by Brook », documentaire sur Arte
Créé en 2006 par Peter Brook et Marie-Hélène Estienne, Fragments, cinq pièces courtes de Samuel Beckett, est repris et filmé en 2015. Nommé Beckett by Brook, le film sera diffusé le dimanche 18 mars à 17h sur Arte. Read more

Tags :

« To give way to despair is the ultimate cop-out »

© The Gardian, Michael Billington – October 2017
‘Gielgud had a fine, pure, sensitive heart’ … Brook, centre, at Stratford-upon-Avon in 1950 with the actor, left, and actor-director Anthony Quayle.At 92, the visionary director refuses to slow down. He talks about how to silence audiences, the trouble with doing Shakespeare in French, the difference between Olivier and Gielgud, and why Elizabethan theatre would shock us today. Read more

« Du bout des lèvres » sur France Culture

« Du bout des lèvres » : le metteur en scène et dramaturge britannique Peter Brook mêle souvenirs personnels et réflexions sur le théâtre. Il prépare une nouvelle création, « The Prisonner », dans l’emblématique théâtre des Bouffes du Nord, qu’il a marqué de son empreinte.
Interview, France Culture, émission « La Grande Table », jeudi 15 février 2018
Ecoutez !

Read more

Tags :

« Du bout des lèvres »

Nouvel ouvrage de Peter Brook – Éditions Odile Jacob. Traduction de Jean-Claude Carrière
Sortie le 24 janvier 2018

« Du bout des lèvres, on fait des confidences. Sans appuyer, sans même argumenter, en se laissant tout simplement aller. On dit alors ce qu’on ne dit jamais, les paroles vagabondent, les mots s’amusent (pour une fois, ils en ont le droit).
Peu de vies – je peux en témoigner – ont été aussi riches et actives que celle de Peter Brook. Passent ici, comme en se jouant, un souffle puissant, des murmures rares, porteurs de rires et aussi d’émotions nécessaires.
Ce sont les confidences de nulle part ailleurs.

Read more

Tags :

Peter Brook: ‘To give way to despair is the ultimate cop-out’

‘You change things not by preaching but by doing – just get on your horse’ … Peter Brook.
‘You change things not by preaching but by doing – just get on your horse’ … Peter Brook. Photograph: Richard Saker/The Guardian

Read more

Tags :

The Prisoner

(photo by Pascal Victor/ArtComArt)Spectacle du 6 au 24 mars 2018
Paris, Les Bouffes du Nord
.
« Un homme est assis, seul, devant une immense prison, dans un paysage désert.
Qui est-il ? Pourquoi est-il assis là devant cette prison ? Read more

Tags :

Cycle MK2 en présence de Peter Brook

afficheONouvelle version du film « Rencontres avec des hommes remarquables » (Meetings with remarkable men) – réalisation Peter Brook – Version restaurée et revue par le réalisateur.
Projection en présence de Peter Brook, le 5 mars 2017 à 11h
Introduction (11h-12h) : Interview de Peter Brook par Laure Adler
COMPLET ! … mais un nouvel événement sera prochainement programmé avec Peter Brook

« Que ce soit au théâtre ou cinéma mon travail tourne toujours autour d’un même impératif : rendre le visible plus transparent afin que l’invisible apparaisse.
Tourné en 1977, ce film serait aujourd’hui impossible à réaliser dans les conditions exceptionnelles dont nous avons pu alors bénéficier. Mes premiers voyages à Kaboul m’avaient convaincu que la merveille de l’Afghanistan tenait aux gens, à la finesse invisible de leurs relations. Alors que je découvrais la ville, la phrase du tout premier Anglais qui visita Kaboul me revint à l’esprit : « J’ai trouvé, écrivait-il, les restes organiques d’un monde antique. » Et de fait, durant ces sept semaines de tournage en Afghanistan, nous avons été saisis par l’intensité de ce pays isolé et méconnu. Read more

Tags : ,

« Les murs parlent » 2016, échos d’un travail

bouffesnordCréation de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne. Bouffes du Nord, 26-28 nov. 2016
« Nous allons essayer, pendant ces trois après-midi, de redécouvrir avec le public quelques secrets de ce que les murs du théâtre ont vécu depuis la création, en 1974, du Centre International de Recherches et Créations Théâtrales avec Micheline Rozan. Read more

Tags :

Times Talks with Peter Brook

brookt_times2The New York Time – Times Talks… with Peter Brook  (clic !)

Special Screenings

Wed 17 – Thu 18 Feb. 2016 – Booking
On the occasion of his latest production Battlefield at the Vic Young Vic (3-27 Feb). Two special evenings will give you a privileged glimpse into the multifaceted career of one of the greatest and most prolific contemporary artists, whose rich body of work has kept the same power and commitment throughout the years. Peter Brook won’t be able to attend the screening of The Tightrope as previously announced (but will still attend the screenings on the 17th). The screening of The Tightrope will be introduced by Alexander Zeldin, former assistant to Peter Brook, author and director (Beyond Caring at the National Theatre) and now Associate Director at the Birmingham Rep.

Tags :

La responsabilité des vivants

Résultat de recherche d'images pour "battlefield Peter Brook"Interview de Peter Brook / La Grande Table – 16 septembre 2015 / © Photo : Simon Annand
à écouter sur le site de France Culture (clic!)

Que peut nous apprendre ce livre indien quinze fois plus long que la Bible, quelles questions éminemment contemporaines soulève-t-il ? C’est ce que nous explique aujourd’hui Peter Brook en nous présentant sa pièce Battlefield dans laquelle les survivants d’une grande bataille se demandent quelle est leur responsabilité, comment faire face à la situation. Comment construire la paix après la guerre, ensevelir tous ces morts pour reconstruire la vie ? Dans un décor dépouillé, où quatre acteurs jouent successivement une mère, un roi, un ver de terre, la mort, Battlefield soulève des questions existentielles, actuelles et pressantes.

Tags :

« Le Mahabharata, c’est pour nous, maintenant »

5055437_a7492bae32f4c18d1b9b91e84a1a3935ec654e4e© Le Parisien – 2 septembre 2015   – Bertrand Gay/AFP
Peter Brook crée « Battlefield »: « Le Mahabharata, c’est pour nous, maintenant »

Face aux « massacres, à la cruauté, au terrorisme », le maître anglais du théâtre Peter Brook, 90 ans, revient à l’épopée du Mahabharata pour créer « Battlefield », une pièce autour de quatre comédiens aux Bouffes du Nord à Paris  avant une tournée mondiale. Read more

Tags :

Battlefield

A partir du 15 septembre 2015 – Bouffes du Nord – Paris

cote-slide-battelfieldLe Mahabharata n’est pas seulement un livre, ou une série de livres, c’est un champ immense, qui couvre tous les aspects de notre existence. On y trouve les questions essentielles qui concernent notre vie, des questions qui sont à la fois contemporaines et urgentes. Le Mahabharata a été écrit il y a des milliers d’années, et pourtant il nous indique toujours, d’une manière inattendue, comment ouvrir nos yeux à ce que la réalité de nos vies demande. Read more

Tags :

Peter Brook, human earthquake of modern theatre

1© The Gardian – Mickael Billington – March 2015

70-year career of a director with a touch of the showman who has always sought to bring reality to the stage. Read more

« Shake Nice! »

© FranceTV.info

Irina Brook, nouvelle directrice du Théâtre national de Nice, a lancé jusqu’au 21 février son tout premier festival consacré à Shakespeare, auteur universel qui continue à inspirer des adaptations libres dans le monde entier.
Peter Brook, bientôt 90 ans, grand spécialiste mondial du dramaturge anglais, viendra raconter sa passion lors d’une rencontre publique exceptionnelle le 7 février. Read more

Fragments (version 2015)

fragmentsAux Bouffes du Nord- Paris, du 6 au 24 janvier 2015

« Aujourd’hui, avec le passage du temps, nous voyons à quel point toutes les étiquettes qu’on a attribuées dans le passé à Samuel Beckett – un Beckett triste, négatif, désespéré – sont fausses. Ses pièces nous plongent dans la réalité de l’existence humaine, avec humour.

« Today, with the passage of time, we see how untrue are all the labels that have been attributed to Samuel Beckett in the past – a sad, negative, desperate Beckett. Read more

Un voyage dans le cerveau

© Le Nouvel Observateur – 5 mai 2014, par J.-P. Thibaudat

Le pas feutré a gagné en lenteur, le filet de voix en légèreté, homme-oiseau Peter Brook s’avance devant le public du théâtre des Bouffes du Nord. C’est un soir, peu de jours avant la première de son nouveau spectacle « The valley of Astonishment » (la vallée de l’étonnement), un titre puisé dans « La conférence des oiseaux » d’Attar qui inspira au plus français des metteurs en scène anglais, l’un des spectacles pivots de sa longue carrière.
Read more

Tags :

Dans « les monts et vallées du cerveau »

© Le Parisien – 30 avril 2014
Peter Brook embarque le public dans « les monts et vallées du cerveau »

Le metteur en scène britannique Peter Brook est de retour dans « son » théâtre des Bouffes du Nord, qu’il a dirigé de 1974 à 2010, pour une nouvelle création, « The Valley of Astonishment », sur les secrets du cerveau.
On pense au cinéaste Alain Resnais réalisant en 1980 « Mon oncle d’Amérique », sur les travaux du scientifique Henri Laborit. Et comme Resnais, Peter Brook, 89 ans, explore avec une curiosité d’enfant et une liberté totale. Read more

Tags :

Réflexion sur Shakespeare

  « La qualité du pardon, réflexions sur Shakespeare » de Peter Brook – Date de parution 24/04/2014 – éditions du Seuil (version française de « The Quality of Mercy » – traduction par Jean-Claude Carrière)
« Shakespeare et Peter Brook se connaissent depuis longtemps. Ils ont très souvent travaillé ensemble, dans tous les pays du monde, et pour le meilleur. Tout au long de sa vie, Peter Brook a exploré les secrets de cette œuvre incomparable, et constamment recommencée, comme si elle surgissait neuve et fraîche sous chaque regard. Dans ce livre, loin de toute théorie, de manière simple et concrète (et souvent drôle), il nous parle de son travail et de ses expériences, de ce qu’il a vu, senti, quelquefois compris, des Abymes, des mystères, des visions, des détours étonnants du cœur et de la pensée que nous propose Shakespeare et ? par-dessus tout ? de cette force incomparable, qui surpasse toutes les autres, et qui est celle du pardon. »

The Quality of Mercy

© http://www.telegraph.co.uk BY Charles Spencer – May 2012

Charles Spencer enjoyed the great guru of modern theatre’s, the director Peter Brook’s, delightful essay which rebukes Shakespeare conspiracy theories

With the World Shakespeare Festival now in full swing at Stratford, and the Globe by the Thames presenting the complete plays in almost every language under the sun by companies from all over the world, we must surely brace ourselves for another eruption of the authorship controversy. Read more

Raconte-moi des mensonges

© Mediapart – 4 février 2014 – Par Jean-Jacques Birgé

Tell Me Lies de Peter Brook n’avait pas été projeté depuis 1968 ! Il est formidable de découvrir 45 ans plus tard le pamphlet contre la guerre du Viêt Nam que ce célèbre metteur en scène croyait perdu. Le film, pas la guerre ! Encore que toutes les guerres sont perdues du point de vue des morts et même des autres, de tous les autres. Et Peter Brook de suggérer que la remasterisation du film coïncidant avec la boucherie en Syrie lui confère une actualité (que l’on voudrait nous faire croire) éternelle. Read more

Do Not Look Down in This Class

© NEW YORK TIMES By
“The actor’s gift,” according to the director and theatrical sage Peter Brook, “is the connection between pure imagination and the body itself.” For him, the technique of acting is at once physical and metaphysical, a discipline of the face, limbs, voice and spirit. « Peter Brook: The Tightrope », a concise new documentary directed by Simon Brook, offers a rare glimpse behind the scenes as its subject (who happens to be the filmmaker’s father) instructs a group of actors in the rigor and simplicity of his method. Read more

Tags :

La « Flûte », c’est l’enfance de l’œuvre

© Le Monde – 13 décembre 2014
Peter Brook l’a portée toute sa vie, cette Flûte enchantée de Mozart, dont il s’est fait le jeune oiseleur de 85 ans, en 2010, dans son Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, attrapant dans un décor de bambous et une poignée de morceaux d’étoffes la magie des vieux contes et des jeunes voix qui les disent. Depuis, le spectacle, consacré aux Molières 2011 dans la catégorie théâtre musical, a fait le tour du monde, de New York au Japon en passant par l’Amérique du Sud, l’Australie et l’Europe. Cette Flûte magique nous revient sans avoir rien perdu de sa grâce légère. Une dramaturgie resserrée, des jeunes chanteurs-comédiens talentueux et une inventive transcription musicale pour piano seul (due au compositeur et pianiste Franck Krawczyk) : retrouvés l’enfance du conte dans cette Flûte des origines, l’enfance d’une musique d’avant l’opéra, sur lequel le temps n’a pas de prise.
Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, place Georges-Pompidou 78054 Montigny-le-Bretonneux. Du 17 au 21 décembre à 20 h 30. Tél. : 01-30-96-99-00. De 6 à 28 euros.

Tags :

Gracias a la vida

© Lalibre.be – 12 octobre 2013 – Guy Duplat
Il parle de l’émotion, de la gratitude, de la mort, de la nature, de notre monde « fou ».

Le grand metteur en scène Peter Brook, 87 ans, a réinventé son spectacle « Le Costume ». Avec l’ajout de merveilleux chants, la pièce raconte l’injustice, le pardon, la compassion. Avec une simplicité totale qui en devient bouleversante. Le spectacle sera à Liège dans quelques jours. Read more

The Valley of Astonishment

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche théâtrale de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne
29 avril – 31 mai 2014 : Théâtre des Bouffes du Nord, Paris
20 june – 12 july 2014 : Young Vic, London


« Le théâtre est là pour nous étonner et il doit réunir deux éléments opposés – le familier et l’extraordinaire. Dans L’Homme Qui, notre première aventure à l’intérieur des cerveaux de malades neurologiques – qui dans le passé étaient souvent relégués au rang de fous – nous avons trouvé en face de nous des êtres humains comme nous dont le comportement, à cause de la maladie, devenait imprévisible. Read more

Tags :

The Quality of Mercy by Peter Brook

© El Païs – 22 juilletl 2013 – By Marcos Ordonez

In this collection of essays and speeches, Peter Brook debates such questions as who was the man who wrote Shakespeare’s plays, why Shakespeare is never out of date, how to approach Shakespeare’s verse and why actors should forget Shakespeare when performing his plays. He also revisits some of the plays which he has directed with notable brilliance, such as King Lear, Titus Andronicus and, of course, A Midsummer Night’s Dream. These nine articles most of them published here for the first time together offer an illuminating and provocative insight into a great director’s relationship with our greatest playwright.

En The quality of mercy: reflections on Shakespeare (Nick Hern, 2013), el nuevo libro de Peter Brook, hay dos formidables asertos que ilustran su modo de hacer. Excusen mis traducciones, torpes y libérrimas. Primero: “Una vez alguien le preguntó a un ordenador: ‘¿Qué es la verdad?’. El ordenador tardó un largo tiempo en contestar, hasta que dijo: ‘Voy a contarle una historia”. Segundo: “En África hay un dicho: ‘Ser demasiado serio no es muy serio”. Brook sigue al pie de la letra ambos preceptos: la narración y el sentido del humor por encima de todo. En el pórtico dice: “Este libro no es un trabajo académico, sino una serie de impresiones, experiencias y conclusiones provisionales”. Read more

Tags :

Diffusion de « Sur un fil »

« Sur un fil » (The Tightrope) de Simon Brook – Diffusion le 3 juillet à 22h30 sur ARTE

Pendant plusieurs jours, à l’occasion d’un atelier d’improvisation pour lequel il a réuni autour de lui un groupe d’acteurs et de musiciens, il a laissé pénétrer des caméras au coeur de ses répétitions, conçues autour d’un exercice fondamental au nom symbolique : « La Corde Raide ».

Véritable concentré d’années de recherche et d’expérimentations théatrales, cet exercice riche et multiple, qui réunit tous les aspects du travail de l’acteur, est devenu le fondement de la démarche et de la philosophie de Peter Brook.

Film atypique et personnel, « Sur un Fil… » nous plonge dans l’intimité du travail du metteur en scène et de sa troupe, sans en troubler la vérité, et montre la magie du processus de création. Il nous entraîne sur cette « corde raide » imaginaire et métaphorique et nous invite à vivre, bien au-delà du théâtre, une expérience humaine et philosophique unique.

Tags :

Interview France Culture

Le tête-à-tête par Frédéric Tadei. Ecoutez l’émission

A 18 ans, il fait sa première mise en scène théâtrale. A 19 ans, son 1er film. A 23 ans, il fait scandalke à Covent Garden avec Salomé, l’opéra de Richard Strauss. Depuis plus d’un demi-siècle, il est considéré comme l’un des plus grands metteurs en scène du monde. Aujourd’hui, à 88 ans, il est de retour aux Boffes du Nord, qui fut son théâtre pendant 35 ans, avec  » Une flûte enchantée » d’près Mozart et le film « Peter Brook sur le fil » que lui a consacré son fils, Simon, sera diffusé au Printemps des comediens à Montpellier le 28 juin, sur Arte le 3 juillet et au festival d’Avignon le 12 juillet.

The Suit

© La Provence – 22 mars 2013 par Jean-Rémi Barland
Au Jeu de Paume, son adaption d’une tragédie poétique sur fond d’adultère, brille par le contraste entre gravité du propos et légèreté de sa mise en scène et musicale
Afrique du Sud , Sophiatown… Les fenêtres des maisons n’ont pas de vitres, l’alcool coule à flots et les talents fleurissent dans les bars clandestins. On nous parle de « La maison de la vérité », où l’on examine le passé et le présent du pays, et on découvre un couple : Philemon et Matilda. Read more

Mahabharata version longue

Mahabharata  | France | 1989 | 318 mn | Couleur
Réalisation : Peter Brook – Texte de Jean-Claude Carrière

Sortie DVD version longue du Mahabharata. Allemagne par Absolut Medien.

The Directors Guild Peter Brook Lecture

The Directors Guild Peter Brook Lecture is an annual public event, giving leading directors from across the disciplines a platform to address their craft, culture and industry. The Lecture series, established in 2010 with a talk given by Peter himself, is a vital source of inspiration and insight for fellow directors and industry professionals as well as anyone thinking about entering into film, theatre or the Arts. The Second Peter Brook Lecture in 2011 was delivered by Phyllida Lloyd; Nicholas Hytner was the speaker at the Third Peter Brook Lecture in 2012. Lecture and DVD info

Vietnam, théâtre de guerre

©Libération – René Solis – 8 octobre 2012
Napalm . Peter Brook restaure son brûlot pacifiste de 1968.
Londres, 1967. Peter Brook a monté l’année précédente avec des acteurs de la Royal Shakespeare Company une pièce sur la guerre du Vietnam, baptisée US. Ils décident de prolonger l’expérience par un film. Tourné en quelques semaines, sorti en 1968, Tell Me Lies sera privé de projection à Cannes pour cause d’annulation du festival. Une mention spéciale du jury à la Mostra de Venise ne suffit pas à lui asssurer sa sortie en salles. Read more

Tags :

Quand Brook filmait contre la guerre du Vietnam

©Le Monde – Clarisse Fabre – 10 octobre 2012
On a tous besoin d’entendre des mensonges… C’est humain, ça aide à vivre, et c’est désespérant. C’est la leçon de Tell Me Lies, de Peter Brook. Dans cette fiction très documentée, tournée dans l’urgence, à Londres, en 1967, il est question de l’enlisement de la guerre au Vietnam (1957-1973), d’enfants brûlés au napalm, de la nécessité de la guerre. Car on ne pouvait pas laisser les communistes prendre le pouvoir, disaient les uns. Et les bombardements n’ont pas causé tant de victimes, si l’on se réfère aux «critères asiatiques», ajoutaient les autres. Read more

Tags :

« Tell Me Lies », la vérité de Peter Brook

© Le Nouvel Observateur, Odile Quirot 10 octobre 2012. Entretien avec Peter Brook
Réalisé à Londres en 1967, ce cinquième long-métrage du dramaturge est une formidable réflexion sur la guerre du Vietnam. Le film sort enfin en salles, en version restaurée. Read more

Tags :

« Tell Me Lies », 2012

Première du film à la Mostra de Venise, le 4 septembre 2012.
A propos de « Tell me Lies » – Peter Brook

« Nous étions sept – Michael Kustow, Adrian Mitchell, Denis Cannan, Albert Hunt, Richard Peaslee, Sally Jacobs et moi-même – rapidement rejoints par beaucoup de ceux qui avaient participé à l’aventure de Marat-Sade. Read more

Tags :

Sur un fil

The Tightrope – documentaire 2012, Simon Brook – + infos : https://www.facebook.com/TheTightrope
« How does one make theatre real? It is so easy to fall into tragedy or comedy. What is important above all is to be on this strict razor edge of the tightrope… »
« Il est si simple de tomber du côté de la tragédie ou de la comédie, ce qu’il faut avant tout, c’est être sur la corde raide… ». Read more

Tell me lies

Une version entièrement restaurée de TELL ME LIES sera projetée en avant-première mondiale à la 69ème Mostra de Venise le 4 septembre 2012. Read more

Tags :

Peter Brook debunks loony Shakespeare theory

© The Telegraph- 7 mai 2012 – By Charles Spencer

With the World Shakespeare Festival now in full swing at Stratford, and the Globe by the Thames presenting the complete plays in almost every language under the sun by companies from all over the world, we must surely brace ourselves for another eruption of the authorship controversy. Read more

Tags :

Un costume enchanté

© Le Point – 7 avril 2012 – Par Valérie Marin La Meslée
Le costume, The suit, est de retour aux Bouffes du Nord, mais tout nouveau, tout beau, avec une nouvelle adaptation, dans sa langue « natale », l’anglais, de l’œuvre du Sud-Africain Cam Themba. Read more

Tags :